Notre région

Notre région
Holiday villas south west France | Gîte Loups d'Or Dordogne

Lusignac est une commune rurale de l’ouest du département de la Dordogne, à 3 km à l’est de la rivière Lizonne, qui forme la frontière avec la Charente, à 5 km au sud-ouest de Verteillac, à 17 km au nord-est d’Aubeterre-sur-Dronne et à 12 km au nord de Ribérac.

Le village est situé à une altitude d’environ 135 mètres, dans une région calcaire vallonnée de type crétacé*. Il est également situé entre les vallées de la rivière La Sauvanie à l’est et de la Cendronne, un petit ruisseau, à l’ouest, tous deux affluents de la Lizonne, ou Nizonne.

L’église Saint-Eutrope, possède un clocher roman avec un beffroi, une structure renfermant les cloches pour les sonner. L’église se compose d’une seule nef avec un chevet plat, un déambulatoire courbe et abrité derrière l’autel, qui sert à la promenade.

Un puits profond, datant de la fondation de l’église, est adjacent au chevet, entre le contrefort d’angle et la sacristie. Périodes de construction : 12e siècle, 13e siècle et 16e siècle.

Saint Eutrope, ou Eutropius, devint le premier évêque de Saintes, en Charente-Maritime et mourut en martyr vers 250. Il avait converti Eustella, la fille d’un gouverneur romain, au christianisme. Ce dernier, furieux, le condamna à avoir la tête fendue à la hache. Sa fête est célébrée le 30 avril.

Le château de Lusignac a très certainement été construit par la famille La Porte, une famille noble, au XIIIe siècle. Le château actuel, érigé au XVe siècle, a ensuite appartenu à la famille Brianson jusqu’en 1654, puis à nouveau aux seigneurs de La Porte et de Lusignac. En 1714, le château passe à Pierre de Lageard (ou La Geard), seigneur et comte de Cherval, grand sénéchal** d’Angoumois.

Les Lageards restent en possession des terres de Lusignac jusqu’en 1855, la maison a probablement subi des dégradations pendant la Révolution, ainsi les créneaux des courtines ont disparu. En 1880, un incendie détruit le flanc nord, remplacé par le prolongement du mur d’enceinte.

Le château, construit sur la base d’un mur rectangulaire ponctué de quatre tours, est constitué d’un logis du XVe siècle, en pierre de taille et moellons calcaires. Ses baies ont probablement été agrandies à la fin du XVIe siècle. Il s’avère que les meneaux et les contreforts des tours sont en bois. Cette partie du château est rejointe par une tourelle polygonale*** complétée par un toit conique et protégée par des tuiles plates.

La longue courtine, formant le flanc sud-est, est ponctuée de deux tours carrées, sans doute destinées à un usage résidentiel, et est percée de fenêtres à meneaux et de canonnières. Ces ouvertures de tir sont réalisées, soit dans les appuis de fenêtres, sur les flancs des tours, permettant ainsi des tirs rasants le long de la courtine, soit directement dans le mur.

Au sud-ouest, le portail présente une grande bretèche**** restaurée. La date de 1665 couronne la porte cochère. La porte piétonne, en contrebas, est accessible par un petit escalier. Donnant sur la cour intérieure, la porte Renaissance à bossages (maçonnerie bloquée pour une sculpture ultérieure), dégradée à la Révolution, est couronnée d’un fronton, pignon triangulaire, sans doute décoré des armes de La Porte.

Lusignac est le village, mais nous vivons dans le hameau La Roussie Ouest, à 15 min de marche au sud du village, où nous avons notre maison de vacances de luxe en Dordogne. Dans le village il y a un café restaurant, et c’est tout. Pour le pain, nous allons à Saint-Séverin ou à Verteillac.

*Au cours de cette période, qui a duré de 145 à 66 millions d’années environ, des océans se sont formés tandis que des terres se déplaçaient et se séparaient d’un grand supercontinent en de plus petits. Le nom “Crétacé” vient du latin “creta”, qui signifie craie.

**Le sénéchal est la personne la plus élevée (majeure), l’intendant, d’une maison noble.

***Un polygone est une forme fermée à côtés droits et à angles multiples.

**** Une bretèche, ou brattice, est un petit balcon avec mâchicoulis*****, généralement construit au-dessus d’une porte et parfois dans les angles du mur de la forteresse, dans le but de permettre aux défenseurs de tirer ou de lancer des objets sur les assaillants blottis sous le mur.

***** Un mâchicoulis est une ouverture entre les corbeaux porteurs d’un parapet en saillie ou la voûte d’une porte, par laquelle des pierres ou des objets enflammés pouvaient être lâchés sur les assaillants.

Cyclisme

> La Dordogne est un rêve pour les cyclistes et la région compte des dizaines de pistes cyclables. Que vous enfourchiez simplement un vélo pour prendre un café dans le village ou que vous passiez toute la journée à explorer des villages médiévaux avec vos amis ou votre famille. N’oubliez pas qu’en fin de compte, vous êtes dans le Périgord VERT !

> La Charente voisine a également quelque chose à offrir à tous les cyclistes, essentiellement comme dans notre partie de la Dordogne. Le paysage doucement vallonné, ponctué de jolis villages, de châteaux, de petits ruisseaux et des vignobles de la région de Cognac.

Geocaching

Il existe des millions de géocaches cachées dans le monde, et plus d’un million en France. Deux des points chauds les plus proches se trouvent près d’Aubeterre-sur-Dronne et de Ribérac.

Le géocaching est un jeu de chasse au trésor en plein air dans lequel vous utilisez un GPS ou un téléphone portable pour cacher et rechercher des caches, c’est-à-dire des récipients.

Le géocaching est une aventure de plein air passionnante pour toute la famille. Il s’agit d’une activité pour la génération numérique, où vous pouvez profiter de la liberté d’être en plein air et de découvrir de nouveaux endroits. Lorsque vous trouvez le coffre au trésor, vous laissez un message dans le journal de bord. Souvent, vous trouverez également une étrange collection de bibelots que les gens ont laissés derrière eux pour les échanger. Si vous sortez un trésor de la boîte, vous devez laisser une autre babiole à sa place, alors venez préparé.

Geocache est dérivé de ‘geo’, qui signifie ‘terre’, et de ‘cache’, qui signifie ‘objet caché’ ou ‘trésor’, un peu comme le Letterboxing.

Golf

Il y a des terrains de golf à Aubeterre-sur-Dronne (16 min), 9 trous, Angoulême (50 min) et Périgueux (45 min), tous deux 18 trous.

> Le Manoir de Longeveau, Golf d’Aubeterre, est situé dans le parc du domaine de Longeveau. Le parcours de neuf trous offre un défi aux golfeurs de tous niveaux et se trouve dans le cadre pittoresque de la campagne de la région frontalière Charente/Dordogne. Le club est reconnu par la FFG, la Fédération Française de Golf.

> Le Golf de l’Hirondelle, près d’Angoulême, est un parcours Parkland de 18 trous dans un cadre magnifique, où certains trous sont dans les bois.

> Le Golf de Périgueux est un parcours 18 trous adapté à tous les niveaux, exigeant pour les bons joueurs et ludique pour les débutants. Un parcours compact de 9 trous, une zone de chipping et un practice le complètent.

> Mini-golf au Golf Bohème, Saint-Paul-Lizonne, à 5 min. en voiture

Équitation

> Il existe des centres équestres à Villetoureix, Bors-de-Montmoreau, près de Ribérac et Verteillac pour des cours et des promenades dans la campagne environnante.

Tennis

> Des courts de tennis se trouvent à proximité de Saint Séverin, Saint-Martial-Viveyrol et Ribérac.

Promenades

> La Forêt de la Double est un sentier de 5 km au sud de St.-Martin-de-Ribérac et est classé comme facile.

> La Rizonne est un itinéraire de 12 km près de Siorac-de-Ribérac et est classé de difficulté moyenne.

> Le Chemin des Lauriers est un itinéraire de 27,5 km près de Saint-Méard-de-Drône, classé difficile.

> L’Allée de la Martinie est un itinéraire de 13 km près de Segonzac et est classé difficile.

> Le ruisseau des Vergnes est un itinéraire de 12,5 km près de Montagrier, classé moyennement difficile.

> Le Passage des Lavandières, itinéraire de 11 km près de Saint-Astier, est classé difficile.

Sports nautiques

> Les rivières Dronne et Lizonne sont idéales pour la baignade, le kayak, le canoë, la pêche et le rafting. La Dronne est l’une des plus belles rivières de France. Ses eaux claires font le bonheur des canoéistes et des baigneurs.

> Plages de sable fin à Aubeterre-sur-Dronne et Saint Aulaye.

> À 25 minutes de route au sud se trouve le Grand étang de La Jemaye, un grand lac et une réserve naturelle situés dans 210 hectares de forêt vierge, avec une plage au bord du lac, des bars et des restaurants.

Capitale du département voisin de la Charente, Angoulême n’est qu’à 50 minutes de route et vaut vraiment le détour. La belle ville est construite sur un ancien volcan et surplombe un méandre du fleuve Charente, d’où son surnom de ‘balcon du sud-ouest’.

Angoulême a une vie culturelle dynamique dont vous pouvez témoigner en vous promenant dans les petites rues pavées. Capitale mondiale de la bande dessinée, ‘ville de la bande dessinée’, la ville accueille plus de 800 manifestations culturelles tout au long de l’année, dans des domaines aussi variés que la musique, le cinéma ou les courses automobiles. Un vaste choix d’activités créatives et culturelles anime la ville tout au long de l’année.

La ville est un peu le Walhalla de la nourriture, et il y a même de bons endroits pour nous, végétariens. Le Carré des Halles, le marché couvert, est un régal et a plus de 100 ans. J’ai particulièrement aimé les fromagers et les fruits de mer. C’est en plein dans la vieille ville.

L’art et la culture sont faits par des personnes et sont donc une représentation des personnes, sous quelque forme que ce soit. Nous sommes de plus en plus conscients que l’art et la culture augmentent la conscience historique et qu’ils réalisent leur importance. L’art et la culture nous font réfléchir sur notre société et contribuent à un meilleur environnement social et à une meilleure compréhension entre les cultures.

L’art contemporain et moderne est très représenté à notre Loups d’Or et est plus qu’une simple décoration. Pour nous, et nous espérons pour nos visiteurs aussi, l’art inspire, donne de l’énergie et conduit à de nouvelles idées.

La Dordogne et la Charente ont beaucoup à offrir. Prenez par exemple les peintures rupestres paléolithiques de Lascaux, vieilles d’environ 17 300 ans, à seulement une heure et demie de Lusignac, qui expliquent la culture et l’histoire de cette civilisation en peinture.

> A Périgueux, le Musée d’Art et d’Archéologie présente plus de 45 000 œuvres autour de quatre grandes collections, en plus des expositions temporaires. Il y a la collection préhistorique, les collections médiévales, les collections de beaux-arts du 16 au 21e siècle et la collection extra-européenne.

> Brantôme possède un riche patrimoine architectural et culturel, qui mérite d’être visité en toute saison.

> Angoulême accueille plus de 800 événements culturels tout au long de l’année, comme des expositions de musique, de cinéma et d’art contemporain. Un vaste choix d’activités créatives et culturelles anime la ville tout au long de l’année.

> Dans la ville voisine d’Aubeterre-sur-Dronne, vous pourrez vous promener dans les ruelles tortueuses et rendre visite aux maroquiniers, céramistes et potiers, les petites rues en sont remplies.

> Bordeaux, avec ses projets immobiliers étonnamment avant-gardistes sur la ligne d’horizon et ses espaces publics comme le nouveau musée du vin de Bordeaux. L’important et célèbre musée d’art contemporain du CAPC, installé dans un ancien entrepôt colonial, l’Institut d’art contemporain Bernard Magrez, montrent que l’art contemporain occupe une place importante dans la culture bordelaise.

La Dordogne et la Charente sont parsemées de châteaux historiques, de forteresses médiévales et de vestiges romains. Mais vous pouvez également découvrir de nombreux musées consacrés à la gastronomie, à l’élevage, à l’artisanat, au vin, au cognac ……. Ils sont présents dans toute la région.

Juste après la frontière, dans le Sud-Charente, et à seulement 15 minutes en voiture, se trouve Aubeterre-sur-Dronne, qui a reçu le prestigieux prix du ‘Plus beau village de France’ en 1993, parmi 160 autres villages français.

Ce village attrayant accueille les pèlerins sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle depuis plus de 1000 ans. Trois monuments historiques importants ajoutent au statut culturel de la ville, l’extraordinaire église souterraine monolithique de St Jean, l’église romane de St Jacques, avec sa superbe façade, et le Château d’Aubeterre.

Les visiteurs et les touristes peuvent prendre plaisir à déambuler dans les ruelles étroites et à admirer les nombreuses boutiques spécialisées, comme les nombreux ateliers de poterie. Installez-vous sur la place Ludovic Trarieux, à l’un des cafés ou restaurants, confortablement ombragés par de vieux tilleuls. Aubeterre-sur-Dronne est classée Station Verte depuis plus de 25 ans, premier label d’écotourisme en France.

L’église souterraine de Saint-Jean a été coupée au 12ème siècle et est la plus haute église souterraine d’Europe. Son objectif initial était de conserver des objets religieux dans une série de fosses, en s’inspirant du Sépulcre de Jérusalem, découvert lors de la première croisade à la fin du 11e siècle. Le vicomte Pierre de Castillon, noble et croisé, a utilisé l’église pour cacher les reliques religieuses qu’il avait pillées en Terre Sainte.

L’église a été cachée pendant des siècles par un éboulement, et n’a été redécouverte que dans les années 1950. L’ampleur absolue de cet édifice, avec sa nef de 20 mètres de haut, sa galerie d’enceinte et les centaines de tombes en pierre de la nécropole, en dit long sur son importance en tant que lieu sacré et religieux.

Les pèlerins, en route vers Saint-Jacques-de-Compostelle, prenaient le temps de prier devant les reliques religieuses qui, croyaient-ils, possédaient des pouvoirs protecteurs pour les protéger sur leur chemin. Bien avant les pèlerins chrétiens, les cultes de la terre et de l’eau nourrissaient la foi des hommes en ces lieux sacrés. Cette aura de magie et de mystère reste aujourd’hui évidente pour tous ceux qui pénètrent dans cette merveille naturelle.

La collégiale romane de Saint-Jacques, consacrée en 1171, a été construite pour accueillir les pèlerins sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. En 1562, la nef, le chœur et le clocher ont été entièrement détruits pendant les guerres de religion entre protestants et catholiques, mais la façade magnifiquement sculptée est heureusement restée intacte.

L’église en pierre calcaire a été achevée en 1710, inspirée par les cathédrales d’Angoulême et de Poitier. Les triples arcades de style saintongeais montrent une combinaison des influences orientales et occidentales qui sont la signature de l’architecture romane.

La sculpture, la symétrie, l’élégance et les nombreux symboles illustrant la cosmologie, étaient une vision de la beauté du monde créé par Dieu. L’homme médiéval, souvent analphabète, visualisait ces images et ces sculptures colorées, qui étaient sa bible, le message spirituel qui devait conduire à son salut.

Le château d’Aubeterre, propriété privée, construit au XIe siècle, était une importante place forte entourée de la ville basse, tandis que la ville haute était construite autour de l’abbaye. Le château a été construit sur les falaises de craie blanche au-dessus de l’église monolithique. Pendant la guerre de Cent Ans, le château a été pris et repris plusieurs fois. Entre 1356 et 1412, la seigneurie d’Aubeterre changea sept fois de mains entre les Anglais et les Français. Les principaux vestiges du château sont la porterie et la chapelle Renaissance. L’enceinte et la tour Saint-Jean ont été inscrites aux monuments historiques le 1er mars 1973.

Non, pas la série télévisée, mais Bergerac, la ville animée, dynamique et charmante nichée le long des rives de la Dordogne, avec ses nombreux bâtiments à colombages. La ville est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO et est officiellement une ville d’art et d’histoire.

Bergerac, à une heure au sud de Lusignac, est née de la rencontre avantageuse avec la puissante rivière, au cœur d’une campagne riche et nourricière. Les vestiges d’un village néolithique datant de 3 500 à 3 000 ans avant notre ère ont été découverts dans le quartier des Vaures à Bergerac où plus de vingt habitations ont été mises au jour. On a également trouvé des préformes de haches et des haches polies, des racloirs, des forets, des couteaux, des pointes de flèches acérées en silex de Bergerac, des fragments de céramique, des meules, des polissoirs et des outils en os.

Au Bout-des-Vergnes, au nord de la ville, on a découvert les sépultures d’une nécropole mérovingienne des Ve et VIe siècles.

Bergerac trouve son origine dans l’existence d’un château, construit à la fin du 11e siècle sur les rives de la Dordogne, et qui a attiré une population auparavant dispersée dans la plaine.

La ville-château s’est développée pour devenir une étape pour les voyageurs, les pèlerins et les marchands un siècle plus tard et, en 1254, Bergerac est devenue une ville autonome. Au XIIIe siècle, le développement de la viticulture et l’essor du commerce entraînent la construction d’un pont sur la Dordogne. Engagée dans le mouvement municipal, la ville acquiert des libertés et des franchises, conditions de sa fortune, puisqu’elle peut désormais exporter ses vins, la ville s’agrandit, et la vigne domine les coteaux à partir de cette période.

Le 24 août 1345, au début de la guerre de Cent Ans, la ville est prise d’assaut par Henry de Grosmont, comte de Derby, mais elle parvient à se préserver en tant que ville libre et indépendante grâce à sa stratégie diplomatique. Elle perd cependant la moitié de sa population ‘fiscale’.

Bergerac, ayant dû sa fortune à l’ouverture que la Dordogne lui donnait sur l’Atlantique vers lequel elle envoyait les vins de ses grands vignobles, elle reste la petite capitale de ce Périgord méridional. Une terre heureuse de blé, de vignes et de vergers dont l’histoire est façonnée par des relations commerciales anciennes et étroites avec les îles britanniques, les Pays-Bas et la Baltique. Ancré dans cette tradition d’échanges léguée par son passé de ville de grand commerce, son aéroport a aujourd’hui pris le relais de son ancien port fluvial pour rester l’une des portes par lesquelles la fertile région Aquitaine s’ouvre sur l’espace européen.

Aujourd’hui, Bergerac est une ville active, et le tourisme et la viticulture sont désormais deux pôles majeurs de son économie. Sur les péniches, les visiteurs ont remplacé le vin, la ville vit désormais au rythme des saisons, agrémentant son dynamisme commercial permanent de toute une série d’événements estivaux.

Les restaurants, les cafés et bien sûr les bars à vin sont partout en ville !

Le Musée de la ville de Bergerac du vin et de la batellerie est situé dans un bâtiment à colombages. Au rez-de-chaussée, vous trouverez des documents photographiques, des archives rares et des objets choisis, des origines médiévales au XIXe siècle. Le premier étage est consacré aux vins de Bergerac et à l’histoire de la viticulture, où vous découvrirez l’évolution du grand vignoble qui entoure la ville et l’histoire du grand commerce du vin vers les îles britanniques et les Pays-Bas, si important pour l’économie de la ville.

Le musée du tabac est unique en Europe. Le tabagisme n’a guère été critiqué, mais il a laissé son empreinte sur toutes les civilisations sur le plan sociologique, économique, culturel, artistique et politique. Découvrez l’histoire de l’utilisation du tabac et les objets liés à sa consommation. Le Musée du tabac est situé dans la Maison Peyrarède, également connue sous le nom de Château Henri IV. L’architecture de ce bâtiment, construit au XVIIe siècle au cœur du centre historique de Bergerac.

Depuis l’ouverture de l’aéroport de Bergerac Dordogne Périgord (EGC) en 1910, la situation a bien évolué : les compagnies aériennes relient désormais Bergerac à de nombreuses villes britanniques (Londres, Edimbourg, Bristol, Liverpool, Nottingham, Birmingham, Exeter, Southampton,) et d’Europe du Nord (Bruxelles-Charleroi et Rotterdam) sans oublier Paris. Le lien historique avec l’Europe du Nord se prolonge ainsi d’une manière inattendue.

Sur les rives de la Dronne se trouve la ville idyllique de Brantôme-en-Périgord. Vous verrez souvent que l’endroit est appelé la ‘Venise du Périgord’, mais nous pensons que cette comparaison est un peu exagérée. Bien sûr, il y a quelques ponts, cinq pour être précis, mais c’est à peu près tout. Le centre de la ville est une île, entourée par la rivière Dronne, et présente un joli mélange d’architecture médiévale et renaissance. Nous allons régulièrement à Brantôme et nous trouvons qu’il est presque indispensable de la visiter et d’y déjeuner dans l’un des bons restaurants.

Brantôme est entouré de parcs et de jardins et les nombreuses maisons traditionnelles du Périgord sont construites en pierre locale avec des toits de tuiles.

Au pied des falaises, trône l’abbaye bénédictine, dont les origines remontent au 8ème siècle et qui fut fondée en 769 par Charlemagne, qui aurait fait don des reliques de Saint Sicarius, l’un des enfants massacrés par Hérode, devenant ainsi un lieu de pèlerinage populaire. Le saint peut faire référence à cinq personnages différents dans la tradition chrétienne.

L’abbaye d’origine a été détruite par les Vikings, principalement pour affaiblir la domination carolingienne, puis reconstruite au XIe siècle par l’abbé Guillaume, et à nouveau aux XIIe et XVe siècles. Elle a ensuite été radicalement restaurée en 1850 par l’architecte Paul Abadie, de sorte que l’abbaye que nous voyons aujourd’hui couvre une période de près de 800 ans. L’une des parties les plus anciennes est le clocher, qui date officiellement du XIe siècle, mais qui pourrait être encore plus ancien et qui est l’un des plus anciens de France.

Une chance pour les habitants de rencontrer les habitants et d’acheter les meilleurs produits locaux disponibles, c’est sur les marchés de la Dordogne, une partie importante de la vie quotidienne en France.

Des légumes, des vins, des fromages, des fruits colorés, des pâtisseries, du pain et d’autres délices de saison comme des noix et des champignons/truffes, à manger et à cuisiner une fois de retour à votre gîte. Si vous n’êtes pas végétarien, des viandes fraîches, des saucisses maison, des pâtés et la spécialité du Périgord Vert, le foie gras, et il y a du foie gras certifié biologique disponible sur tous les marchés.

Surtout en été, essayez d’arriver tôt car il peut y avoir beaucoup de monde. La plupart des marchés sont ouverts tôt le matin jusqu’à 12 ou 13 heures.

Marchés du lundi

> Tocane St Apre : marché du matin dans le centre ville – produits généraux et alimentaires.

> Chalais : marché très fréquenté toute l’année qui serpente dans les rues de la ville au sommet du château.

Marchés du mardi

> Brantôme : de mi-juin à mi-septembre, le matin – produits agricoles frais.

> Mareuil-sur-Belle : le matin – produits frais de la ferme.

> Riberac : Mai à septembre : marché le matin sur la place de la Liberté – produits frais de la ferme.

> Saint-Aulaye Dordogne : dernier mardi du mois.

> Barbezieux-Saint-Hilaire : un plaisir pour tous ceux qui aiment rechercher les meilleurs produits du terroir. A seulement 45 minutes, vous êtes en plein dans la région de Cognac.

> Angoulême : les marchés de produits frais (poissons, viandes, légumes et fromages) se tiennent généralement le matin de 8h à 12h.

> L’île d’Espagnac : produits locaux, légumes, fruits, fromages, etc.

Marchés du mercredi

> Angoulême : les marchés de produits frais (poissons, viandes, légumes et fromages) se tiennent généralement le matin de 8h à 12h.

> Périgueux : le matin, place du Coderc, place de la Clautre, place de la Mairie – produits frais de la ferme.

> Périgueux : marché toute la journée place Bugeaud et place Francheville – artisanat et tissus.

> Périgueux : de mi-novembre à mi-mars, le matin sur la place St Louis – marché au gras (produits du canard et de l’oie) et truffes.

Marchés du jeudi

> Saint Astier Dordogne : le matin – marché général toute l’année.

> Saint-Aulaye Dordogne : le matin – marché aux poissons.

> Angoulême : Les marchés de produits frais, notamment de poissons, de viandes, de légumes et de fromages, se tiennent normalement le matin de 8h à 12h.

> Ruelle-sur-Touvre : fleurs, légumes, fromage, fruits, volaille, viande fraîche, poisson et huîtres.

Marchés du vendredi

> Brantôme : le matin – marché général.

> Brantôme : Juillet et août, marché de producteurs vendant des spécialités locales.

> Brantôme : De décembre à février, le matin – marché aux truffes.

> Brantôme : du 1er novembre au 15 décembre, le matin – marché aux noix.

> Riberac : le matin, dans tout le centre ville – marché général. Le plus grand marché du Périgord.

> Ribérac : du 15 novembre au 15 mars, le matin dans la salle polyvalente – marché au gras (produits du canard et de l’oie).

> Ribérac : Automne sur la place André-Pradeau – marché aux noix le matin.

> Angoulême : Les marchés de produits frais, notamment de poisson, de viande, de légumes et de fromage, se tiennent normalement le matin de 8h à 12h.

Marchés du samedi

> Mussidan : le matin – produits frais de la ferme.

> Nontron : 2e samedi de juillet, le soir sur la place Alfred Agard – marché africain.

> Périgueux : de mi-novembre à mi-mars, le matin sur la place St Louis – marché au gras et aux truffes.

> Périgueux : le matin, place du Coderc, place de la Clautre, place de la Mairie – produits frais de la ferme.

> Riberac : 3ème samedi d’août, toute la journée – marché aux antiquités.

> Saint-Aulaye : le matin – produits frais de la ferme.

> Angoulême : Les marchés de produits frais, y compris le poisson, la viande, les légumes et le fromage, se tiennent normalement le matin de 8h à 12h.

> La Couronne : escargots, volailles, viande fraîche, miel, légumes, produits laitiers, fromages, etc.

> Barbezieux-Saint-Hilaire : un plaisir pour tous ceux qui aiment rechercher les meilleurs produits du terroir, dont le très local Pineau de Charentes.

> Brossac : produits locaux et marchandises diverses.

Marchés du dimanche

> Riberac : De mai à septembre, le matin sur la place du Relais – produits frais de la ferme.

> Ruelle-sur-Touvre : fleurs, légumes, fruits, fromages et produits laitiers, volailles, poissons, huîtres, viande fraîche, café, maroquinerie, miel, vêtements et chaussures.

> Aubeterre-sur-Dronne : qui est à son meilleur entre juin et septembre car elle peut être un peu calme hors saison. Légumes, fruits et brocante.

Brocantes

Ce sont les célèbres brocantes françaises, et elles sont partout en Dordogne et en Charente, vous en trouverez une près de chez vous presque chaque dimanche.

Le 1er dimanche de chaque mois, et tout au long de l’année, notre brocante préférée dans la région se trouve à Verteillac, à 10 minutes en voiture de chez nous. Les cafés et restaurants sont tous ouverts pour l’occasion.

Et n’oubliez pas : les brocantes ne sont pas des “zones sans marchandage” !

Aubeterre-sur-Dronne

> Crêperie de la Source | 4, Rue St Jean | +33 5 45 98 61 78

> Au vin d’abord | 2, Place Ludovic Trarieux | +33 5 45 78 88 05

> La Taverne – 2, Rue Barbichon | la-taverne-aubeterre.fr | +33 5 45 98 15 53

> La Tapazzeria | 2, Chemin de l’Hôpital | +33 6 84 26 79 51

Ribérac

> Bar du Midi | 35 Place Nationale | +33 5 53 90 02 96

Salles-Lavalette

> L’Envie Gourmande | Le Bourg | +33 6 20 35 47 43

Saint Astier
> La Table du Marché| 26, Place de la Republique | +33 5 53 07 66 80

Saint-Aulaye
> L’Hacienda Loca | La Poste – Puymongou | +33 5 53 90 33 94

Périgueux
> L’Espace du Sixième Sens (Lunch) | 6 Place Saint-Silain | +33 6 32 24 44 65

Cognac
> Crêperie l’Olympia | 34, rue du Canton | +33 5 45 32 01 72

Cherval
> Chez Hannah | 1, Place Saint Martin | + 33 7 67 25 19 67

> Le cognac Decroix de Jean-François Decroix, issu de l’agriculture biologique, est à 25 min de route vers l’est. Sur son vignoble, M. Jean-François Decroix produit du Cognac et du Pineau biologiques depuis 1979. Toutes les ressources sont là, dans la nature. Il appartient au vigneron de les utiliser au mieux pour révéler la beauté de son terroir.

Le raisin, nourri par son sol, contient les levures qui vont naturellement transformer son sucre en alcool lors de la vinification. Le vin ainsi obtenu, distillé selon la méthode charentaise, sera transformé en eau-de-vie. Un lent vieillissement en fûts de chêne de nos forêts donnera ensuite au cognac une douceur naturelle.

Grâce à une recherche en équipe sur les méthodes d’assemblage, Jean-François Decroix a réussi à retrouver les saveurs d’antan d’un Cognac ‘naturel’.

Un Cognac qui respecte et exalte la magie et la beauté de la vie.

Et puis ceci : quelle est la différence entre le Cognac et le Brandy ? Jack Charlton, ancien directeur du luxueux club londonien du 5 Hertford Street, a dit un jour : “Le cognac est au brandy ce que le champagne est au vin mousseux”. Il voulait dire par là que le cognac doit être produit dans la région de Cognac, en France, alors que le brandy peut être produit partout dans le monde.

Visites guidées individuelles sur demande.

> La maison de Cognac du Château des Plassons à Bors de Montmoreau en Charente est le vignoble le plus proche et se trouve à 20 minutes de route du Loups d’Or. Bien que petit, le Château des Plassons Cognac produit une gamme complète de cognacs, du cognac Château des Plassons VS au cognac Château des Plassons XO. Le Château des Plassons Cognac produit également un Pineau des Charentes, un délicieux apéritif et une véritable spécialité régionale.

La ville de Cognac est à 1h15 de route.

De nombreux circuits œnologiques sont proposés dans le Bergeracois (1h) et dans la Gironde/St. Emilion (1h10).

Avez-vous des questions spécifiques? Veuillez nous demander.